menu

EPOQUE THINITE ET PRETHINITE (3300-2780)

                                                                                  

Ière dynastie

Roi Narmer (Ménès) : Conquiert toute la vallée du Nil jusqu'à la Méditerranée. Il réunit les deux royaumes sous les nouveau symbole de la couronne blanche du Sud insérée dans la couronne rouge du Nord. Abydos devient la capitale sacrée du Dieu OSIRIS, et le siège du Chancelier de la Basse-Égypte et des dix conseillers de la Haute-Égypte Héliopolis et Nekheb deviennent des cités sanctuaires. De son règne on dispose d'une palette votive en schiste (voir infra)

Aha Fonde la ville de Memphis (Basse-Égypte) et consolide les frontières avec le Sud. Son tombeau est semblable à un palais à tours.

Ouadj fait une expédition dans le Sinaï.

Den-Oudimou rend officielle la fête de l'heb-sed qui met à l'épreuve la souveraineté du pharaon dans la troisième année de son règne. Exemple de construction en pierre de taille et couverture en voûte.

IIème dynastie Capitale Memphis - Progrès du pouvoir absolu

Hotepsékhemoui
Néb-Rê
Nineter (Nétérimou)
Ouneg
Senedj

Roi Peribsen réprime l'insurrection des princes féodaux de la Haute-Égypte et transfère la capitale à Memphis. Il change la divinité qui l'identifie en substituant Seth à Horus. Il est enseveli à Abydos.

Khasékhem

Khasékhemoui proclame culte d'Etat celui d'.Horus, avec le siège du plus important pouvoir religieux à Héliopolis. Expédition au cour de la Nubie.

 

Nârmer est représenté sur une palette votive en schiste. De nombreuses conventions qui devaient caractériser l'art égyptien ancien durant les trois millénaires suivants font leur apparition ici. On ne trouve plus ces images éparpillées, flottant dans un vide sans limites comme sur le fragment de lin et ce ne sont pas des silhouettes plates, inarticulées. Au-dessus d'elles, Nârmer porte la couronne blanche de Haute-Égypte avec le cobra. Il se tient en une pose qui sera répétée des milliers de fois à travers les âges, avec son bras droit élevé en l'air, prêt à frapper un prisonnier. Sa taille montre son importance : Nârmer est plus de deux fois plus grand que son serviteur qui porte ses sandales et qui se tient sur une autre ligne. La musculature des jambes de Nârmer est délicatement représentée, probablement en signe de puissance. A sa droite se trouve un faucon, symbole du dieu du Ciel Horus qui est également le dieu de la Haute-Égypte et tient au bout d'un lien le symbole de la Basse-Égypte, comportant six têtes de papyrus. Chaque élément de la composition a une signification propre. Il y a sur la palette une ambivalence entre les groupes figuratifs (le roi et les prisonniers, ou les hommes en fuite au-dessous d'eux) et les symbole picturaux. Cette ambivalence n'est qu'en partie résolue par l'habileté du sculpteur à les unifier de façon artistique. La palette devait être comprise comme l'expression de la puissance de Nârmer sur ses ennemis. Mais, comme souvent l'art de l'Égypte ancienne, elle est aussi symbolique. Les Égyptiens étaient moins soucieux de retracer les affaires séculières de l'homme dans un monde transitoire que de l'«éternel présent», lequel réclamait un langage occulte de signe et de symboles.