menu

REPERTOIRE DES PHARAONS

 

          Le tableau EXCEL contient une liste (pas tout à fait exhaustive, car nous avons éliminé des séries de pharaons à l'existence hypothétique, tout particulièrement ceux contenus dans le canon royal de Turin pour les périodes troublées).

 

Le tableau contient dans les colonnes :
 
·   Un numéro de référence
·   Les dates approximatives : malgré une grande précision, il ne faut pas se leurrer sur l'incertitude qui règne dans la chronologie égyptienne. Rappelons pour mémoire que les dates étaient calculées à partir du début du règne de Pharaon. Toute incertitude sur le début d'un règne peut se reporter sur les règnes suivants.
· La période (d'après les appellations classiques)
· La dynastie
· Un numéro de référence
· Le nom du pharaon
· La transcription phonétique du 2ème cartouche
· Les hiéroglyphes du 1er cartouche par leurs transcriptions phonétiques
· Les hiéroglyphes du 2ème  cartouche par leurs transcriptions phonétiques
·  Leurs recompositions.

Nous avons respecté, autant que faire se peut les transcriptions phonétiques de la Grammaire de l'Egyptien Classique  de Gustave Lefebvre (2ème édition de 1955). Cette grammaire a été publiée par l'Imprimerie de l'Institut Français d'Archéologie Orientale.

 

Les cartouches ont été collationnés à partir de sources diverses. La principale d'entre elles est Who Were the Pharaohs ? de Stephen Quirke  publiée par « The Trustees of British Museum » en 1990. Les cartouches ont été normalisés et ont fait l'objet d'une présentation homogène.

 

Note : on ne s'étonnera guère des différences orthographiques des noms donnés aux pharaons. Il n'y avait pas de voyelles en Egyptien classique et celles qui sont données dans les transcriptions sont conventionnelles. On constate également des différences entre les systèmes adoptés dans différents pays : dans les pays anglo-saxons on parlera d'Amenhotep alors que dans la littérature française on trouve Aménophis. La lecture des cartouches fait pencher la balance vers les anglo-saxons.