menu

TELL EL AMARNA

 

          

Plan masse

Centre Ville

La reconstitution de la splendide capitale née en 1376 av. J.-C. par la volonté d'Akhénaton et qui disparut avec la mort de son créateur, est tirée des interminables études que l'on fait depuis le début du siècle sur les quelques vestiges restés à Tell el-Amarna, zone située à environ 20 km d'Hermopolis, 280 km au sud du Caire et 350 km au nord de Thèbes. La ville s'étendait, sur près de 15 km, comme une grande bande le long de la rive orientale du Nil. Dans les montagnes rocheuses en arrière de la ville (c'est-à-dire à l'est et non à l'ouest comme dans les autres villes), on était en train de créer la longue nécropole; entre les deux s'insérait le village des artisans de la ville des vivants et de celle des morts. L'axe principal de la ville était déplacé vers le Nil et formé d'une grande avenue, de 100 mètres de large, appelée la «route du roi», axe qui reliait la grande porte du nord à celle du sud. A 800 mètres, presque parallèle, il y avait la «route du Grand Prêtre» et enfin, à 400 mètres encore environ, la «route des artisans». Pratiquement, la «route du Grand-Prêtre» divisait la ville en deux grandes bandes: celle vers le Nil, dégagée par la «route du roi» et destinée aux résidences du roi, des fonc­tionnaires, aux services du port et des dirigeants; celle vers l'intérieur à l'est, dégagée par la «route des artisans» destinée à tous les autres citoyens. Tout autour, au pied de la chaîne rocheuse qui s'étend comme une grande exèdre en arrière d'Akhet-Aton, il existe encore de nombreuses stèles de démarcation.